Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les 100 ciels

une globule méchante jetée nonchalamment sur le monde

J'apprends plein de choses avec ce blog ! (roulons-nous des patins)

Les tics de langage sont la chienlit du quotidien. On s'en aperçoit rarement, ou parfois dans quelques moments de lucidité, mais généralement, ce sont les autres qui nous le font remarquer. Par exemple, moi je colle du "petit" un peu partout. J'aime ce qui est petit, ça doit être pour ça, ou alors ça me permet d'alléger mes propos parce que j'ai rien dans le slip. Slip que j'utilise aussi beaucoup, parce que la sonorité du mot me plaît, et quand ça me plaît j'ai une espèce de chair de poule qui me remonte le long de la colonne vertébrale et après, j'ai follement envie de faire des choses avec mon corps, comme des roulades sur la moquette, et ça, ça mon gars, ça me rend cool.

Amuse tes enfants ce week-end : imprime cette Dora, colorie-là, puis brûle-là. Elle, et son cousin Diego.


Mais y'en a de tic de language, je vous jure, quand la personne le dit, j'ai juste envie de lui péter les dents. Mais attention, pas péter les dents avec un coup de poing vite fait. Naaaaan, moi je parle de casser les quenottes avec un marteau, un tournevis ou un skate-board. Faut pas rigoler avec la violence. On ne fait aucun mal avec un courant d'air, sachez-le.

Revenons au tic mais qui me refile des compulsions violentesques, ce tic, c'est quand une personne ne veut pas dire ETC, qui est, c'est vrai plutôt utilisé à l'écrit. Et donc, pour donner un style à son phrasé de pequenaud, la personne se croit obligée d'ajouter "patin, couffin".
Pour bien comprendre le taux d'énervement qui arrive à 8 sur mon échelle d'agacement / cassage de dents, prenons un exemple :

"non mais attends, Gisèle elle m'a fait une liste de courses cette conne, elle m'a demandé des tonnes de trucs, des clés de 12, des clous, du cassoulet bio, et patin, couffin" ; ce qui ne veut pas dire qu'il faut acheter une paire de rollers et un couffin pour ranger le bébé, mais ce qui signifie que y'a plein d'autres choses, et que c'est tellement long que c'est impossible à citer sans s'emmerder le jonc.
C'est aussi utilisé dans ce cas tout aussi pourri et lamentable : "Oui, oui mon boss m'a listé tout ce que je dois faire cette semaine, donc lui offrir une pipe, lui cirer les pompes, lui faire reluire les boules, faire un brainstorming pour trouver des idées pour mieux brainstormer pour avoir de meilleures idées, de photocopier la Bible et patin, couffin" ; ici aussi, le salarié un peu agacé, ça se voit il a un furoncle sur le menton, abrége la liste de ses tâches excessivement chiantes en deux mots, qui donc, n'ont rien à voir, puisque loin de lui l'idée de rouler un patin à son boss et de le prendre sauvagement comme un fou furieux dans un couffin.
Alors, je me suis demandée : "mais d'où vient cette expression ridicule qui me donne envie de faire la funambule sur un fil d'ariane pour, de ma hauteur, jeter de gros cailloux voire des rochers sur la tête des cons d'en bas qui disent patin, couffin ?"
Hop, hop mon ami Google aide-moi !

GOOGLE LE MERLIN L'ENCHANTEUR DU 21ème siècle

Patin couffin serait une expression provencale. Bon, jusque là rien de grave. Le pire arrive, car, oui mesdames cette expression nullissime a été créée par : tadaaaaaa, des hommes ! Et bien sûr, elle est machiste au possible. Cette expression est basée sur les bavardages futiles des femmes lorsqu'elles causent entre elles de choses si peu intéressantes telles que, le ménage (le fameux patin à utiliser pour ne pas rayer le parquet de mamie) et celles liées aux enfants (le couffin). Voilà l'image que les hommes ont des femmes : on ne parle que de futilités, de balayette Swiffer, et de petits pots aux coings. Il est vrai que les hommes sont tellement plus passionnants à parler de : bagnoles, foot, clés à molettes, sexe, chasse, pêche en riant grassement l'haleine empestant le vieux pastis périmé et la cacahuète à la pisse (puisque mangée sur le coin d'un bar).
Bon, c'est pas tout ça, mais les patins ne sont plus vraiment utilisés, et les couffins non plus, ou ont changé de nom. Il faut donc moderniser cette expression, je propose donc : Swiffer, rendu de poireaux  OU  bouloche de poussière, zhu zhu pets.


Oui, cette chute est nulle.


Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

K.


Voir le profil de K. sur le portail Overblog

Commenter cet article

LuLu 17/09/2015 12:28

Vous avez plagié sans honte cette article: https://fr.toluna.com/opinions/1171269/Une-expression-que-j-aime-bien-patin-couffin-savez-vous

C'est moi qui commande 17/09/2015 15:01

N'importe quoi. Je ne connaissais même pas cet article. Et non, je n'ai honte de rien. Gros bisous