Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les 100 ciels

une globule méchante jetée nonchalamment sur le monde

Ernest et le monde de l'au-dessus

Tout a commencé grâce à Séverine qui m'a envoyé l'image ci-dessus.

 

(issu d'un excellent article du non moins excellent site Topito, accessible par là : http://www.topito.com/top-15-du-petit-savoir-inutile-sur-les-animaux)

Pour les non anglophiles (vous avez le droit, personnellement j'ai un pauvre niveau 6 ème avec l'histoire de Jennifer dans la kitchen et de Brian dans le garden, c'est bien, tout le monde était à sa place, la femme dans la cuisine, le mec au jardin, on sentait déjà les prémices de la manif pour tous).

Je reprends : pour ceux qui n'ont pas de Google Translate sous la main, cela veut dire que les cochons ne peuvent pas regarder en haut. C'est balot.

Ces derniers n'ont pas de cou. Je suis certaine que vous n'aviez jamais pensé à ce fait avant de lire cette information.

Le porc ne sait donc pas ce qu'il y a au-dessus de sa tête, ce qui est légérement anxyogène quand on y pense. Il aura beau forcer sur ses petits yeux porçins, JAMAIS, il ne verra le ciel. Comme toute chose inconnue à un être vivant, cela doit donc faire office pour eux de grand mystère, le mystère du monde de l'au-dessus...

Intermède (vous pouvez prendre un panaché avant de poursuivre, voire un Brut de Pomme).

Ernest vit dans une communauté de cochons appelée également troupeau.

Depuis qu'il est jeune porcelet il vit dans les croyances de ses parents, qui eux vivent dans les croyances de leurs ancêtres qui eux, vivaient dans les croyances d'un très ancien cochon qui avait fini les sabots cloutés sur une planche.

Ce cochon des temps passés et de jadis, si lointains que plus aucun cochon ne sait exactement quand cela est arrivé, avait osé gruiter au monde l'idée, que, peut-être, un monde existait au dessus de leurs têtes de porcs.

Certains groins pensant de l'époque avaient crié à l'abomination, et ils avaient condamné illico l'opprobre.

D'autres, plus sages, avec un esprit plus ouvert sur le monde, s'étaient mis à douter, et se posaient sans cesse des questions sur la possibilité d'une telle révélation.

D'autres encore, dirigés par une belle bande de marcassins, avaient plongé tête baissée dans cette croyance, vénérant chaque mot du cochon prophète, répétant à qui le voulait, qu'ils avaient toujours senti "quelque chose, comme un courant d'air frais" qui courait le long de leur échine (de porc).

LA ROUELLE devint l'écrit de référence qui révélait cette vérité. Ainsi, on peut lire dans le cinquième rouleau épitathe 115 psaume 22 :

"Et tous, égaux porçins et suidés, firent un voeu et, au lendemain du 30 ème jour, ils eurent un cou. Ils levèrent la tête de guingois, et virent au-delà du sommet de leur duvet crânien, et au-delà du pré, ils virent le monde de l'au-dessus tel qu'il fut au commencement. Ils virent une étendue bleue couverte de blancheur telles les robes des moutons, et au delà encore, les plus audacieux virent un astre lumineux qui inonda leurs rétines indécises mais subjuguées par un spectacle que jusqu'alors aucun cochon n'avait pu voir. Et Balthazar mage-sanglier exhorta ses pairs à voir au-delà du monde...et tous gruitèrent d'adoration dans le silence angélique de leur incroyable découverte..."

Le porc-prophète ébranla tant les habitudes de ses comparses qu'il fut clouter au soleil, les 4 sabots vissés dans une planchette en bois. Il brûla tant pendant des semaines, que sa peau devient du lard, et que c'est ainsi que l'on inventa les oeufs au bacon, mais ceci est une autre histoire.

Depuis ce temps, les cochons vénérent le monde de l'au-dessus. Certes, ils n'ont pas de cou, mais ils ont appris qu'il y a "une puissance" au dessus d'eux qui régit leur monde.

Ils craignent ce mystère, et en même temps l'aiment passionnément.

Plusieurs fois par jour, ils joignent les sabots, et gruitent en silence des prières connues par eux seuls et qui leur permettent de conserver un lien avec ce monde inconnu.

Certains jours, la lumière se fait plus forte, plus chaude et réchauffe leurs peaux de porcs. Ils se disent alors qu'il n'ont pas fait ce qu'il fallait, et que le "Dieu de l'au-dessus" les punit pour leurs outrages, comme celui de se frotter vigoureusement la couenne dans la boue. Alors, ils font des offrandes, ils donnent quelques petits porcelets faiblards aux hommes, car ils ont remarqué que lorsque l'homme ouvre un sachet de jambon Herto, l'eau tombe de l'au-dessus et rafraichit leurs couennes enfiévrées.

Chaque année, un groupe de cochons s'aventurent sur une colline ; c'est un pélerinage pour s'approcher de l'au-dessus bien qu'ils n'en voient pas davantage.Cette marche est longue et ne se fait que sur la pointe des sabots, tous n'arrivent pas.

Ainsi, toi humain qui connait le monde de l'au-dessus avec son ciel, ses nuages, son soleil, sa lune, son atmosphère, son espace gigantissime, ses étoiles, toi qui sait qu'il n'y a pas de mystère, croirais-tu vraiment à la religion des cochons ?

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

K.


Voir le profil de K. sur le portail Overblog

Commenter cet article

voyance mail gratuite 03/03/2016 16:11

Merci beaucoup pour ce site et toutes les informations qu’il regorge. Je le trouve très intéressant et je le conseille à tous !
Bonne continuation à vous. Amicalement

C'est moi qui commande ! 10/10/2014 15:23

Merci, et où elle est la page ? ^^

trafic organique 10/10/2014 11:07

Je vous encourage à écrire d'avantage ! Merci pour cet article , je partage et recommande !
N'hésitez pas à visiter ma page !