Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les 100 ciels

une globule méchante jetée nonchalamment sur le monde

True Blood : la quenouille infernale de la vie éternelle avec des globules rouges et des petits chiens

Je ne sais pas si vous connaissez la série True Blood dont la 7 ème saison démarre sur OCS.

True Blood, c'est l'anti Twilight : une série culottée, malpolie, décalée et sexuelle. Tout le contraire du bonbec Touaïlighte où le plus gros défi de Bella l'humaine était de faire de la mobylette sans se casser la gueule.

 

True Blood se déroule en Louisiane là où c'est chaud, humide, avec des branches d'arbres qui pendouillent nonchalement comme pour dire merde au monde, et Tom Sawyer qui n'a peur de rien parce que c'est un américain et qui aime l'école surtout quand elle est loin.

La ville de Bon Temps, trou de ploucards, est apparemment une zone de convergence de toutes les aberrations de la nature. On y trouve des vampires, des métamorphes qui se mutent en cabot pour courir dans les bois, des loups-garou, des sorcières, des ménades, des médiums, et des fées. Normal quoi.

On y suit les mésaventures d'une pauvre fille affublée d'un prénom et d'un nom idiots : Sookie Stackhouse (non cela n'a rien à voir avec un steak et une maison).

Y'a un truc qui a dû sérieusement merder pour elle dans une vie précédente, car Sookie est un aimant à emmerdes. Où ira chier le vilain petit nouveau petit chien qui arrive à BonTemps ? Ben sur les bottes à Sookie.

Sookie, métaphore hyperbolique de l'innocence, est une vierge blonde, profondémment naïve, qui va perdre son hymen une belle nuit de pleine lune en sauvant une vampire prénommé Bill (sic). Bill le vampire, je le sens ça vous fait rêver.

Comme la Belle au Bois Dormant, cette gourde piquée au doigt par un rouet de malheur, Sookie plonge la tête la première dans les affres de la vie, avec un message sous-jacent omniprésent : quand tu quittes le cocon familial (ici la grand-mère) pour retirer ta culotte, ta vie ne devient plus qu'un flot ininterrompue d'emmerdes en tout genre.

Remuant avec délice la bêtise humaine sans cesse renouvelée au sein d'une communauté de beaufs dont le seul loisir consiste à bouffer des hamburgers au troquet du coin (le Merlotte), True Blood déballe à fond sur le problème majeur de nos sociétés humaines : l'acceptation de la différence et le vivre avec. 

Christine Boutin relativiserait vachement si elle vivait à Bon Temps. Car ici, s'il y a bien des gays typés, il y a surtout la compléxité de vivre avec des cadavres ambulants bouffeurs de veines palpitantes : les vampires.

Abordant la question philosophique de "quoi faire de mon éternité" True Blood met en scène des suçeurs de sang pervers, machiavéliques, bons, mauvais, extrêmes, bref les parfaits miroirs des humains mais en version froidasse. Car ce que n'acceptent pas les humains de la série, c'est que les vampires, contrairement à eux, ont arrêté de traverser sur les clous sans peur de réprésailles religieuses dans l'au-delà, puisqu'ils sont déjà décédés et que cette seconde vie d'outre-tombe leur offre la possibilité de jouir de tous les vices sans craindre le courroux divin.

Oui, ici, être un vampire n'est pas une malédiction, plutôt une bénédiction, à quelques limites près, les vampires eux aussi ont des chefs, et des règles à la con à respecter.

 

Heureusement pour tous, les vampires new beat ont à leur disposition du sang de synthèse en bouteille le Tru Blood, leur permettant de s'intégrer partiellement dans une vie normale sans mordiller des humains. Mais, que seraient les Hommes sans leurs penchants habituels pour la découverte, celle qui permet aux audacieux de faire avancer le monde ? Car certains mortels font le choix d'appartenir à des vampire, ce qui n'a pas l'air d'être désagréable, sauf que tu es tout décalé car il faut vivre la nuit et dormir le jour, sans parler que tu peux dire adieu à tes vacances à Bali.

Votre vie sexuelle limitée aux samedi soirs en missionnaire ne vous fait plus vibrer ?

Envoyez-vous un vampire ! Il est loin le rapport frigido-baldaquin de Twilight (Robert met quand même 4 épisodes à s'envoyer Kristen), ici ça BAISE avec un grand B et les orgasmes accompagnés de morsures semblent tous droits sortis d'un imaginaire débridé et grisant qui renvoient les petits délires SM de Christian Grey au placard.

 

Mais revenons à Sookie. Télépathe, elle fait également de la lumière avec la paume de sa main, ce qui, avouons-le, est bien pratique si vous avez perdu vos clés. On apprend de manière inopinée qu'elle est une ...fée. Voilà donc pourquoi cette cruche était si godiche avec ses couettes tressées de petite Belle des Champs hollandaise, et voilà pourquoi absolument tous les mâles de la série s'arrachent sa culotte.

Le sang des fées est hyper-régénérant pour les vampires, ils peuvent même s'exposer à la lumière du jour, voyez donc le sang de Sookie comme un putain de Red Bull mixé avec un cocktail vitaminé au magnésium et à l'EPO.

Catin de Bon Temps, fée à mi-temps, Sookie passe chaque épisode de la série à tenter de sauver des gens tout en serrant sa culotte entre les dents.

 

La série aborde par plusieurs faces les méandres de la vie en groupe.

La meilleure illustration en sont les loups-garous qui vivent en meute et dont le niveau de testostérone ferait exploser un silo de bière, ces êtres au doux parfum de chien mouillé qui permettent aux scénaristes d'égrainer tout ce qui fait de la vie en communauté la force et la faiblesse.

 

Mais nous y reviendrons...

 

Coming Soon :

 

- Un vampire peut-il être carencé en fer ?

- Pourquoi les métamorphes passent pour des cons quand ils se transforment en petit lapin ?

- Est-on obligé de jeter une baballe pour amuser un loup-garou ?

- Une fée peut-elle dire des choses intelligentes ?

- Pourquoi, même morte, la grand-mère de Sookie persiste à se balader en chemise de nuit ?

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

K.


Voir le profil de K. sur le portail Overblog

Commenter cet article