Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les 100 ciels

une globule méchante jetée nonchalamment sur le monde

Torticolis du cou avec luxation faciale de l'omoplate droit et rupture à l'amiable des cervicales

Je vous aime, vous m'avez manqué comme une main manque à son bras. OLALALA ! Très beaucoup, de type immensément avec une profondeur abyssale de oulalala. Pourtant, ce retour va être de courte durée pour aujourd'hui, car je suis à peu près dans cet état (Requiem qui cherchait ma tronche sur le site du Psiko va donc être heureux de la découvrir ici même) :


Oulalala, j'ai vraiment une sale gueule aujourd'hui ! Pas sûre qu'une couche de fond de teint arrange mon cas. Comme dans les pubs pour les boutons de fièvre, j'vais me ramener au boulot avec un casque de moto, sauf que merde, j'ai pas de moto, ni aucun truc à roues de type trotinette qui trotine.Et puis j'suis tellement H.S, que j'ai même plus la force de me brosser les dents. Je sue comme un phoque avec une tyroïde anémiée, j'ai des croûtes furonculées un peu partout, une haleine de poney, un regard de folle furieuse lorsque l'on me sussure le mot : "carton" ou "emménagement" ou encore "déballer" "ranger" "faire des roulades" "chercher mon pyjama" "acheter un chien de porte" "peindre les murs" "tondre le mouton"...

Voilà les traces laissées par :

- des jours entiers de cartonnage où j'ai livré une bataille sans pitié, ni merci avec le scotch. Scotch, non pas la boisson fétiche picolée à longueur de séries TV américaines avec milliardaires à problèmes, mais fabuleuse invention qui rend la vie plus facile, petit fada bout de papier collant tellement génial, et en même temps sacrée merde énervante qui donne envie de tout casser dans la baraque
- le déménagement par vent polaire, sous la neige avec en sus (ce n'est pas sale) un gros connard qui donne son avis, mais on en reparlera
- le lessivage de l'ancien appart qui m'a pris 6 putains de longues heures, le temps de rameuter tous les fidèles troupeaux moutonneux
- le déballage des cartons (disons qu'il y a 50% du travail de fait depuis dimanche)
- et les coups de fil à la con genre EDF, d'ailleurs on reparlera de ça aussi, j'ai passé 35 minutes au téléphone et croyez-moi, ce fut un long moment d'anthologie

Pour couronner le tout, pomponnet sur le gateau, le nouvel appart est un palais des courants d'air, il fait 4 degrés dans la salle de bain, ce qui durcit les tétons et rend sexy du poitrail, mais donne aussi d'insensées chairs de poulet. J'ai pas trop l'habitude des apparts pour inuits, avant je vivais dans un appart tropical avec température ambiante en toute saison de 23 degrés, je me baladais joyeusement en slip, maintenant, rien que pour aller pisser je sors la doudoune et le slip triple épaisseur. J'ai donc laissé mon poil pousser tel un Wookie en pleine rebellion contre l'Empire, et j'ai eu la sensation, les premiers jours, d'être au camping en plein mois de janvier.

Résultat, j'ai gaillardemment chopé :

- une filante du fondement (faudra aussi que je vous parle du PQ Leader Price, un papier ultra dangereux qui peut vous faire choper des verrues clitoridiennes)
- un rhume coulant (boules dans la gorge, traitement Strepsils à la fraise des bois, mouchages intempestifs et éternuements à la con)
- une luxation d'une vertèbre droite de la colonne vertébrée (ça s'est pété d'un coup en me levant le matin ! Non mais vous y croyez à ça vous ? Je soulève des trucs lourds pendant une semaine et quand tout est terminé, je me lève un matin et rien qu'en éteignant le réveil, je me luxe un truc putain de bordel de fichtre de diantre)
- un froissement des cervicales m'empêchant de tourner la tête à ma droite, ce qui fait que lorsqu'on me parle je tourne tout mon corps en partant du bassin et on dirait une pauvre folle, sans parler du fait que si jamais un danger vient de la droite (un bus, une vieille, un caillou, une enclume ...), je me le mange en pleine gueule de côté
- un nerf du dos complétement hors service qui me donne des tocs à la Sarko (je ne suis même pas de droite gnummpfff!)

Donc, je ne suis pas dans une forme olympique (même une partie de curling me fatiguerait), j'ai juste l'impression d'avoir 85 ans, et quand je me sens croulante je n'ai aucun sens de l'humour, même pas la force de me faire un con, autant dire que je suis inutile et que de ce fait, le cours normal de ce blog reprendra lundi (si je ne suis pas hospitalisée d'ici là).

Tout cela me fait penser que, comme je ne suis plus bonne à rien, je m'avale des kilomètres de programmes TV débiles et sans fond comme la FERME CELEBRITES en Afrique qui porte bien mal son nom, puisqu'il n'y a aucune célèbrités dedans, juste quelques nazes de pacotille qui avaient besoin de vacances payées par TF1. Bref...je viens de me rendre compte que, ayé, on a atteint le summum de la nullité en télé réalité : ils sont tous cons là-dedans. Ils étaient déjà tous cons dans Nice Pipole, Les Coloc's et autres absurdités, mais là, on est au pic ultime de la connerie humaine, on touche le fond du néant du trou du cul de la bêtise. Bravo, faire pire que les émissions précédentes, fallait le faire.
Et encore, je ne vous parle pas de Moundir cherche l'amour sur TMC, émission dans laquelle Moundir croit être le nouveau Bachelor que les filles s'arrachent, alors qu'en fait, TMC lui a proposé cette émission juste pour se foutre de sa gueule. C'est pathétique.

                        
Moundir ressemble à Jésus, à la seule différence, que Jésus n'a réalisé aucun miracle. Moundir si : il arrive à trouver des filles amoureuses de lui.

Par contre, je vous conseille la lecture de "L'enfer de Matignon"  de Raphaëlle Bacqué, qui conte par la propre bouche des ex-premiers ministres, le douloureux calvaire d'être chef du gouvernement. On y découvre toute l'ampleur de la fonction, les coups tordus dans son propre clan, les joies de la cohabitation, on y apprend, entre autre, que parfois, les services secrets agissent dans le dos des chefs (la scandaleuse affaire du Raimbow Warrior), on se fait confirmer aussi, que Mitterand était un putain de manipulateur très habile, et le pourquoi du comment du passage à Matignon d'Edith Cresson en lieu et place de Bérégovoy. Instructif et palpitant.
On y retrouve aussi cette phrase géniale du Capitaine Charcot lors de son naufrage avec le navire le Pourquoi pas :
 "Avions rêvé davantage, avons fait du mieux possible...".

à lundi ! (bon bah finalement c'était pas de si courte durée ce passage...)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

K.


Voir le profil de K. sur le portail Overblog

Commenter cet article

rousse46 20/02/2010 21:21


M'en parle pas ma pôvrette, déménagement en plein mois de janvier, a peu près 2 semaines de cartonnages et là, depuis 1 mois que je suis installée, même pas tout déballé. Moi la péripétie, c'était
avec le gaz, et à l'arrivée dans le nouveau logement, je me suis collée un 40° de fièvre avec cure d'antibios pendant 1 semaine... J'ai comme qui dirait l'impression que l'histoire se répète un peu
...


Renard 19/02/2010 23:50


J'espère que tu vas repérer où se trouve la chaudière et sur quel bouton appuyer avant la fin de l'hiver..


requiem29 19/02/2010 16:16


Vu ton état, il serait peut ètre prudent que tu glisse mon numéro de téléphone professionnel dans la rubrique "à contacter en cas d'urgence" de ton calepin ?