Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les 100 ciels

une globule méchante jetée nonchalamment sur le monde

"Si nous voulons que tout reste pareil, il faut que nous changions tout" (Tancredi Falconeri)

 la dévolution ...

Alors que tout semble partir à vau-l'eau ou, plus précisément et en mettant moins de gants, en couille, il est temps de trouver la clé du changement tout en restant dans la continuité. Vous suivez ? Bref, je me suis faite une réflexion il y a peu, sur la vie imposée par nos sociétés, qui consistent à travailler pour la communauté (bon ça, je suis d'accord) mais sur la période la plus formidable de la vie : la jeunesse, que nous allons situer entre 20 et 50 ans. Cette injustice universelle bousille grandement nos existences. A l'âge où nous devrions voyager, explorer, profiter, faire transpirer nos corps d'amour et organiser des boums chaque samedi, nous sommes contraints de : stresser, travailler, s'esclavager, s'épuiser pour faire fonctionner la société capitaliste qui nourrit les plus grands maux du siècle. Du plus loin que je me souvienne, j'ai toujours eu l'impression de  devoir obéir (je ne parle pas ici de la relation parents/enfant qui fut pour moi fort bonne) et marcher sur les genoux pour obtenir quelque chose. J'ai souvent croisé l'humiliation aussi, celle dont se serve les gens de pouvoir pour rappeler leur place sur la stèle de la connerie. Des gens comme ça, il y en avait déjà à l'école, ils nous ont poursuivit jusque dans la vie professionnelle. Travailler aujourd'hui, s'assimile à partir chaque matin à la guerre. Faire la guerre aux autres pour récupérer quelques deniers, ou un remerciement du boss, pour croire qu'on est bon à quelque chose, tout en oubliant l'estime de soi qui n'a pas sa place dans ce monde. Travailler revient à se perdre. Qui est réellement soi-même dans son boulot ? La sensibilité n'est pas considérée comme un atout mais un frein à la productivité. Un bon employé et un être humain dévoué à sa patrie "l'entreprise", qui ne compte pas les heures ni le nombre de pilules anti-dépressives avalées. Alors ma question est simple : pourquoi on envoie pas les vieux bosser ?  

  voilà ce que font les vieux pendant qu'on trime : ils jouent à la Wii !

L'idée est simple : entre 20 et 50 ans on est à la retraite, à partir de 50 balais et jusqu'au décès, on bosse ! Ainsi, plus de frustrations humaines liées  à la sempiternelle réflexion "putain, j'ai jamais le temps de rien!". Evidemment, en décortiquant cette idée révolutionnaire, on se rend bien compte après mûre réflexion et analyse à la loupe de labo, qu'on va vite se retrouver face à un problème à la con : la société va tourner au ralenti. Car Roger avec sa sciatique qui lui bloque les vertèbres du dos va être affreusement lent à assembler les pièces de la dernière Twingo, Simone et ses hanches tenues par des broches en titane ne pourra pas être hôtesse de l'air car elle fera bipper tous les passages à la douane, Marius qui se fait dessus sans arrêt aura des problèmes dans sa boulangerie avec la police de l'hygiène, René le rouillé ne pédalera pas assez vite pour amener le courrier ce qui engendra des retards d'environ 2 semaines, Huguette qui n'a plus que 2 à chaque oeil tuera une poignée de piétons chaque jour en conduisant son bus, et ne parlons pas de Francine et son déambulateur qui aura bien du mal à pêcher le thon rouge sans aucune de ses mains libres. J'admets, c'est une idée à la con.

 L'identité nationale : béret, coq, baguette et gros bide

Je vais finir cette tirade sur le débat amusant et dangereux lié à l'identité nationale. Quand on commence à vouloir rechercher les signes distinctifs qui permettent de fourrer les gens dans une caste (ici, le bon français), cela intégre immédiatemment l'idée que "les autres" sont différents. De là à foutre un orteil dans le racisme, on n'est pas loin du dérapage. Alors à quoi reconnait-on un français ? Bonne question à laquelle je ne vois qu'une réponse logique déjà faite et refaite 100 000 fois à la télé : la possession d'une carte d'identité française. On pourrait y ajouter : le fait de travailler en France, ce qui permettrait de dire que travailler en France doit automatiquement amener la nationalité française. Bon ben voilà, pourquoi en faire un débat ? A quoi s'attend le gouvernement exactement ? "Alors le français il a lu tout Victor Hugo, il parle sans accent, sa peau est claire en hiver et marron clair en été, il connait la Marseillaise et le répertoire complet de Bézu". Encore un moyen de nous enfumer en attendant 2012, qui, entre parenthèses va être une année de merde, entre les élections et la fin du calendrier Maya, mais je vous en reparle plus tard. Ce débat puant, cet espèce de référendum du web ne peut qu'éloigner les gens les uns des autres et donc agraver toutes les situations actuelles. Deux choses toutes particulières m'hérisse la couenne  : la Marseillaise chant de guerre moche que nous devrions tous chanter à tue-tête, et la lettre de Guy Mocquet que nous devrions tous lire chaque année pour ne pas oublier que la guerre c'est mal. Voilà avec quoi notre bon roi veut éveiller/réveiller l'amour patriotique chez les français. Si le bien être d'une société était basée sur un chant militaire, ça se saurait. Mais quand on n'a plus aucune solution, faut bien broder avec des conneries. Plutôt que de faire lire Mocquet aux enfants on devrait plutôt remettre des heures de cours d'éducation civique. Mais non, vautrons nous plutôt dans la nostalgie guerrière au temps de laquelle la France était encore un grand pays qui marchait debout.
Une chose est sûre : l'identité nationale n'est pas notre gouvernement actuel.

bientôt, ici même : les 100 ciels fêtent la fin du monde. 2012, le chiffre qui va vraiment vous faire peur ! (plus que Régine au réveil, c'est dire la trouille).

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

K.


Voir le profil de K. sur le portail Overblog

Commenter cet article

la marmotte masquée 12/11/2009 10:46


dans la famille "concours d'idées à la con pour concurrencer le gouvernement", moi je trouve que l'identité nationale, plus que connaitre les paroles de la marseillaise (que même les députés
ignorent bouh! la honte sur eux et sur leur descendance pendant 30 générations!), ça devrait se juger sur la connaissance des recettes de cuisines des bons plats bien de chez nous : cassoulet,
bouillabaisse, choucroute et autre.
Et aussi, le + français, c'est celui qui arrive à en manger le + sans vomir tout dans son assiette.


lapikichante 09/11/2009 21:09


m'en fiche, j'ai 50 ans dans quelques jours, et maintenant : de toutes les matière, c'est la ouate que j'préfèèère


requiem29 09/11/2009 19:28


La fin du monde en 2012 ? Tain, je vais encore en bouffer, des heures sup'...


Renard 09/11/2009 19:13


Une fois de plus un excellent article qui dit les choses vraies, mais avec humour..;
Tiens, un petit cadeau:
http://www.dailymotion.com/video/xb160z_debat-sur-le-net-nkm-vs-besson_news