Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les 100 ciels

une globule méchante jetée nonchalamment sur le monde

Naufrage neuronal

Si vous aimez les bateaux, les naufrages, le thon en boîte et Thalassa, autant dire qu'en ce moment vous êtes servis.

Dans 3 jours, nous célébrerons le 100 ème anniversaire du coulage à 4000 mètres de profondeur defeu Titanic, et d'ailleurs je reviendrai dessus à la date précise du 14 avril, enfin, si je ne suis pas bourrée.

Je suis retournée voir Titanic (le film) parceque comme toute fille qui se respecte, ce film chamboule mon petit coeur de mousse et mon petit corps (de mousse aussi on peut le dire, je ne fais plus de sport).
A chaque fois, c'est le cas de le dire, je replonge.

Telle une jeune pucelle, je ressens exactement les mêmes frissons intérieurs, pendant les mêmes scènes et pour les mêmes répliques. Je chouine et chiale à fortes eaux à plusieurs reprises, là encore toujours aux mêmes moments.

On a beau dire que le romantisme est une pure invention humaine et qu'elle n'est pas inhérente à l'amour (puisqu'à l'origine l'amour existe uniquement pour assurer la reproduction de l'espèce), il faut bien avouer que le pur romantisme sur fond de catastrophe naufragesque me dresse tout ce que je peux avoir de pilosité jusqu'à la lune.

Et donc, 15 ans après, je me suis encore faite avoir. Après chaque vision du film Titanic, j'ai l'impression d'avoir perdu 15 kilos (alors que non pas du tout), et je suis vidée de mon énergie (ce qui reste une bonne excuse pour bouffer un couscous à la raclette).

 

Tout ça pour dire, que depuis vendredi mon cerveau tourne en bouclette sur le film.
Des images, des sons, des musiques, des répliques me reviennent sans cesse alors que je suis occupée à des choses anodines du quotidien.

Un exemple : ce matin, des livreurs sont venus livrer (cette phrase est ridicule) ma toute nouvelle machine à laver flambant neuve avec hublot facial, 46 types de lavage différents, diverses rotations de tambour de l'espace et tout le bordel. 

En guise de troc, ils ont repris mon ancienne machine qui, après 6 années de bons et loyaux services, fuitait de toute part et commençait à cacher en son sein une champignonnière.
Seulement voilà, prise un peu au dépourvue quant à l'heure de visite de mes livreurs (aux aurores...oui pour moi 9h30 c'est aux aurores, je suis à peine levée) je n'ai pas eu le temps de faire mes adieux à l'ancien lave-linge.

Diantre et fichtre !

  

Et c'est là que j'ai commencé à partir inconsciemment en couillette : tout à coup, tout est devenu plus lent...comme dans un ralenti de cinéma à la James Cameron, l'un des livreurs a amené le chariot à roulettes, je crois qu'on appelle cela un diable bien qu'on n'y voit aucune corne ni malice, et il a pris entre ses bras mon ex-rince-socquettes pour le hisser sur la chariotte infernale.

Et là : début de la musique de Titanic avec les lalalala de chorale en fond et le bruit lointain de la cloche du bateau...

Mon appareil tant chéri toutes ces années semble me regarder par le béant de son tambour,  -musique et sons de cloche- , toujours au ralenti le livreur prend la direction de la porte et passe devant moi...-musique et lalalala- ...mes yeux suivent cet objet tant aimé malgré son manque de répartie, je tends vaguement la main pour l'effleurer une dernière fois, mais je le loupe de peu...

-musique, Céline Dion commence à beugler-...l'engin me dépasse, et dans un court instant, ma vieille, si vieille machine à laver semble se retourner et soulève discrètement son petit battant de tambour comment pour un dernier adieu...-sons de la cloche du Titanic au loin là-bas dans l'horizon lointain-...voilà, elle a disparu, mon coeur se fissure comme une petite céramique cognée contre un mur, j'ai mal, Céline Dion hurle my heart will go, far accross the distance and spaces between us  et tout le bataclan, tout est fini, je ne le reverrai jamais plus dans cette vie là, adieu mon vieil ami essorreur de petits culottes, je t'aimais, te l'ai-je dit ? Si tu sautes, je saute man !

"vous signez le bon de livraison m'dame ?" ...le livreur me sort de ma douillette lacrymale et titanesque...d'une main molle, je signe le bon de livraison sans même vérifier quoique ce soit. Et puis je me dis que j'aime pas qu'on me dise madame, ça fait         ménagère de moins de 50 ans calée devant TF1 toute la journée.

 

Après ? Ben après je suis allée me brosser les dents, et, dès que l'eau transparente a jailli du robinet scintillant (de calcaire), James Cameron et Céline Dion ont remis ça. Le dentifrice était l'iceberg, ma brosse à dents Léo, et Kate m'est apparue dans dans la buée du miroir.

 

Tout ça pour dire que je suis arrivée en retard au boulot et l'orchestre m'a accompagné jusqu'au naufrage de ma carrière.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

K.


Voir le profil de K. sur le portail Overblog

Commenter cet article

Sékateur 14/04/2012 13:44

46 modes de lavage, c'est sûr, l'autre ne faisait plus le poids...

laperleuse 11/04/2012 17:08

oh très poétique tout ça!
je t'imagine bien, car moi aussi parfois ça m'arrive de "décrocher" du réel.
mais on ne sait pas si ta nouvelle machine lave aussi bien tes soquettes!