Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les 100 ciels

une globule méchante jetée nonchalamment sur le monde

Mange ton Yop, Aime tes dents, Prie pour ne pas choper de caries

Introduction dentaire : le Synthol, ça fait du mal là où ça fait mal (et même là où ça faisait pas encore mal)

Depuis quelques temps je misère de la bouche. Une carie en 37 ans et là d'un coup d'un seul, 2 caries tsunamiennes qui ruinent ma bouche. On m'avait prévenu que les quenottes quand ça commence à merder, ça fait rouler sous les tabourets. C'était donc vrai. Le comble de l'histoire, c' est que malgré la taille gargantuesque des caries, je n'avais nullement mal. C'est une radio pour tout autre chose qui a levé le voile. Le dentiste a donc soigné comme il a pu, le mal frôlant le nerf. Il m'avait dit, tel un sage à son jeune padawan : "soit ça marche, et on sauve vos dents, soit vos dents se suicideront". Un double suicide ? Fichtre et Diantre ! Une dent ça se balance par la fenêtre ? Quel est le taux de suicide en dents par an ? Je serai curieuse de le savoir. Bon, évidemment, une semaine plus tard, douleur. Dévitalisation de la dent incriminée, paix à ton âme ma petite molaire. J'ai eu une espèce de chagrin idiot : avoir une partie de moi morte à l'interieur, je sais pas, ça m'a paru tout étrange, j'ai failli appeler Requiem (cf. la mort dans mes favoris), afin qu'il prépare une petite boîte à l'intention de ma dent. Je suis donc bonne pour devenir une reine, une couronne très chère me sera posée d'ici quelques temps.

Mais là n'est pas le plus tordu de mon histoire : en fait, difficile pour le dentiste de dire laquelle des deux dents me faisait mal. Il a donc achevé celle qui paraissait être la plus douloureuse après qu'il eut soufflé un air glacial dessus et que je trésaille dans un cri orgiesque proche de la truie ménopausée et égorgée. Pratiquement 1 heure de travail, elle tenait par 4 racines coriaces. Autant dire qu'elle tenait à la vie, le dentiste devenant presque le Dexter gingival de ma soirée.

Bon et après ? Figurez-vous que depuis 48h je souffre encore et un doute m'assaille : "merde, c'était l'autre dent ?". Etant donné qu'en plus ce sont les vacances de Pâques et que toutes les cloches sont en vadrouille, je dois attendre 10 jours et me bourrer jusqu'à la panse de Nurofen (ou d'alcools forts, selon l'intensité). Ah ah ah, le manque de bol ! Foutu karma ! Je dois payer les nombreux massacres de fourmis commis dans ma jeunesse à la campagne.

Concluons cette introduction sur le Synthol : cette connerie de lotion fait mal même où on n'a pas mal. Est-ce normal ?

 

  

 

Et Yop !

Chose promise chose dûe : le Yop ! Avez-vous vu leur dernière pub TV ? On y voit une mère de famille qui pique le Yop de son ado dans le frigo. L'ado neurasthénanique déboule et lui demande "mais maman, qu'est-ce que tu fous ? "(ce qui laisse presque sous entendre "au lieu de manger tes All Bran dégueulasses pour t'envoyer à la selle") . On se le demande, c'est comme si votre grand-mère se tapait un Kinder Pinguin. La mère se met à boire du Yop parce que maintenant il est sans...colorants. Fantastique ! Donc plusieurs choses :

 

1/ on nous annonce innocemment que depuis 10 ans il y se peut, il est possible que, qu'il y a en fait de la merde dans ce yaourt à boire, et voilà hein, surtout vous cachez pas derrière votre conscience les gars !

2/ cette mère irresponsable achetait en toute conscience de la merde à son gosse : "Oh vous savez hein avec l'acnée qu'il a ça peut pas être pire !". Vous imaginez la suite " tiens mon chéri je t'ai roulé un pétard pour ton goûter". Un vrai scandale sanitaire

3/ ça me fait penser que certaines marques bio cachent la misère avec leur huile de palme toute pourrie, oui mais mesdames et messieurs de la bonne palme équitable ! AH bon  ça va alors, on aura juste des cancers colorectaux équitables.

 

Bon, vous avez compris ? Maintenant tout le monde peut boire du Yop, même les asthmatiques et les insuffisants rénaux

 

 

Et pensez à vous abonner à ce blog (voir dans la colonne de droite) pour être averti dès qu'un nouvel article est mis en ligne + votre poids en clous à gagner.

Note de l'auteure : oui, le titre est un clin d'oeil non dissimulé au livre "Mange, Aime, Prie" d'Elizabeth Gilbert

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

K.


Voir le profil de K. sur le portail Overblog

Commenter cet article

Sékateur 21/04/2011 21:04


Devant de tels arguments, je ne peux que m'abonner...


requiem29 17/04/2011 09:21


Mais, mais, si on est déjà abonné, on n'a aucune chance de gagner les clous, plutôt des clous, alors ?