Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les 100 ciels

une globule méchante jetée nonchalamment sur le monde

Les cons sont des abrutis comme les autres (sermon XXVII)



Se rendre dans une administration française permet de croiser, à chaque fois, LE con ou LA conne de la journée. Hier, j'y suis allée pour prendre un justificatif sans intêret (prouver que je suis à jour du paiement de ma taxe d'habitation pour mon ex-bailleur dont on se demande bien ce que ça peut lui foutre), et j'ai donc eu l'IMMENSE  joie de voir une conne en action sur son terrain de jeu. Le centre des impôts des Hauts-de-Seine s'est modernisé : maintenant, il y a une borne électronique à l'entrée qui permet d'être orienté rapidement vers le bon service et ne pas errer comme un gland dans les longs couloirs jaunasses du lieu. Il distribue aussi un ticket pour faire la queue ou, si vous préférez, pour pénétrer dans la salle d'attente mais n'y voyez là aucune équivoque. Simple, donc. Mais pas pour la conne. Car la conne, et c'est son rôle premier, ne comprend rien à rien. Pourtant la borne sus-citée est d'une clarté déconcertante, au début tu as du mal à croire qu'une administration française ait pu faire aussi aisé. Quand tu arrives, tu as le choix entre 4 lignes écrites basiquement avec un sujet, un verbe et un complément d'objet direct (ou pas), ce qui donne à peu près ceci :

Appuyez sur le choix qui vous correspond :

Je viens pour payer la dîme
Je viens pour un changement d'adresse
Je viens parce que je suis un gros connard
Je viens pour un renseignement et je suis un particulier
Je viens pour un renseignement et je suis une entreprise ou un groupe d'au moins 10 personnes
Je viens faire caca
Je viens chercher un justificatif sans intêret

Il suffit donc d'effleurer sensuellement la ligne correspondante, tu as ton ticket et c'est tout. Ben pour la conne, c'est trop compliqué. Quand je suis arrivée dans la salle d'attente, je vois 3 personnes attendre, alors que le ticket m'informe que je n'ai qu'une personne devant moi. Je sens immédiatemment la couille qui arrive, oui ça sent le foin cette histoire me dis-je en rejettant nonchalemment ma mèche en arrière. La conne est là, avec sa poussette et ses deux brailleurs de gosse. Déjà elle m'énerve. Elle s'avance vers le guichet, et elle donne son ticket, et le mec des impôts lui dit "mais madame c'est pas à vous, vous avez pris un ticket entreprise, et normalement c'est au deuxième". Et cette conne qui répond avec un air de veau : "ah bah ah ah ah, ah bah je savais pas" ...Gnnn, mais elle savait pas quoi au juste ? Qu'elle n'était pas une entreprise ? L'autre elle voit sur l'écran "si vous êtes une entreprise ou une usine, cliquez-ici" et cette anémique du bulbe, elle clique. Mais quelle est conne !



Donc évidemment elle a tout foutu la merde. Car comme le mec des impôts est aussi lent dans ce qui lui sert de cervelet, il continue à appuyer sur le défilement des chiffres du ticket et donc dans la salle tout le monde est décalé, et donc les nouveaux qui arrivent avec leur ticket y comprennent plus rien. Punaise, ça m'a angoissé subitement ! J'ai donc pris l'initiative d'expliquer le décalage de numéro du ticket aux nouveaux, et comme par hasard y'a pleiiiiin de nouveaux gens qui sont arrivés en même temps. Olala ! Et comme c'était un jeudi après-midi y'a que les glands qui viennent aux impôts (moi c'est différent, j'avais pris une heure de RTT sans le dire à mon supérieur parce que hein bon, je suis trop jeune pour mourir) la moitié d'entre eux me regardaient en mode "bulot', fixaient leur ticket, me re-regardaient là comme ça en coin et je recommençais mon cirque blablatesque à tous les nouveaux gens, je me suis prise pour l'hotesse d'accueil des impôts sauf que j'étais en jean alors hein c'est pas sérieux ça madame ! Pis y'en a un qui a débarqué comme ça, comme une fleur, et qui avait déjà un ticket, mais qui en avait eu marre d'attendre et était sorti prendre l'air ou se pifrer un gros rouge au troquet de l'angle au coin. Donc ça allait être à moi, bien que le panneau électronique n'affichasse pas mon numéro mais je pense que je vais pas ré-expliquer, vous avez compris. Donc il s'avance vers le guichet en respectant scrupuleusement avec son orteil gauche la distance de sécurité, et quand il m'a vu m'avancer aussi, j'ai cru qu'il allait nous faire une rupture de l'anévrisme du genou. Il a regardé mon ticket du coin de l'oeil en fourbe qu'il est, et il avançait d'un pas leste pour me faire comprendre dans un language animal de grand fauve, que c'était son territoire et que lui d'abord. Comment j'avais pas envie de ré-expliquer le truc de la file d'attente inversée et taribiscotée à cause de l'autre connasse là ! Mais comme j'étais d'humeur "j'aime l'humanité", je lui ai raconté ma petite histoire vraie. Il a acquiescé mollement, je suis passée et yahaaa c'était fini.

Sauf que ... sauf que, une fois dans la rue, je me suis rendue compte que j'avais pas le bon papier ...



information agenda : notez bien dans votre agenda que le blog revient jeudi en 3 de décembre.
Non je ne suis pas encore en congés, je suis en formation "donnez corps à votre expression  -mettez vous en scène-". Je pense que jeudi, je ne serai plus du tout la même. Je vous embrasse bien fort quand même.
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

K.


Voir le profil de K. sur le portail Overblog

Commenter cet article

c'est moi qui commande ! 03/12/2009 15:11


Pour le blog auto : point du tout. Mais j'suis contente de te revoir !


petitbandit 29/11/2009 15:04


lecture tjs tres interessante, j'continue a venir depuis l'epoque des blogs agrumes mm si je poste pas....petite question : serais tu recemment inscrit sur un forum auto parce que g rencontrer un
FlatEric tres ressemblant....clone ou pas ?