Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les 100 ciels

une globule méchante jetée nonchalamment sur le monde

Le syndrome Christina Aguilera, le minitel, et le marketing...

La théorie des "sans visages"

Ce matin dans le métro, j'ai vu l'affiche d'un film avec Cher qui est restée bloquée sur l'âge de 25 ans, figée pour l'éternité, et Christina Aguilera, la chanteuse/danseuse/chaipakoi. Le répertoire d'Aguilera me fait autant d'effet qu'un épisode de Derrick, c'est à dire, rien. Mais le pire n'est pas cela. Le pire, c'est que Christina Aguilera fait partie de ces gens dont je situe le visage entre le vide et le néant. Je suis sûre que ça vous le fait à vous aussi. Y'a des gens dont on ne peut JAMAIS mémoriser le visage. Les "sans-visages" sont généralement lisses comme le cul d'un babouin, et leurs expressions se limitent à...deux : content et pas content.

Quand quelqu'un me parle de Christina Aguilera, ce qui est quand même assez rare puisque je sais choisir mes amis, j'essaie immédiatement de coller un physique sur le nom. Des images défilent dans ma tête (poney, clavecin, Sheila...), mais je ne peux  JAMAIS remettre ses traits dans le bon ordre. C'est comme si Aguilera, la grande chanteuse, s'était mutée en Madame Patate et que je mettais invariablement la moustache à la place de l'oeil gauche.

Comment se fait-il que notre cerveau soit si sélectif, que l'on se souvienne instantanément d'une personne que l'on a vu 1 minute, mais que pour d'autres la mémoire effectue un reset à chaque fois ? Les sans-visages sont insignifiants dans mes yeux, mon esprit n'accroche sur aucun trait, et quand je les vois en photo, comme Aguilera ce matin sur cette affiche, ils me paraissent diaphanes et sans consistance, comme si je voyais le mur au travers...

Le plus emmerdant dans l'histoire, c'est que, par contre, j'ai bien la tronche de Régine dans la tête...finalement, j'aurais peut-être préféré que ce soit Christina.

 

 

Mince, c'est qui déjà ? Corinne Touzet ?

 

Le minitel existe encore

J'ai appris aujourd'hui qu'il existe encore 80 000 minitels en fonction. A quoi servent-ils ? Aux entreprises, car transmettre des données par ce biais est plus sécurisé que n'importe quel ordinateur bardé de firewalls. Ce qui, à vrai dire, est très flippant. Plus le progrès avance, plus la vie privée des gens est en danger. On pourrait penser que le progrès est aussi fait pour améliorer la vie des humains. Il n'en est rien. C'est vrai que le minitel était pratique. Moche, mais pratique. Cher aussi, mais cela n'a rien à voir avec la chanteuse figée de mon premier paragraphe. Pas besoin d'ajouter des anti-virus, des firewalls, des programmes, des add-on, de l'extension de mémoire et autres joyeusetées qui rendent la bourse anorexique.

Pour votre acculturation personnelle, il reste aussi 15 000 2CV, 30 000 bilboquets, 4 sachets de Tang, 56 manges-disque, et 1 Francis Lalanne en fonction.

 

 

Une mise à jour sur minitel c'était comme ça...Maintenant c'est beaucoup plus simple : ça dure 2 heures et ça fait tout planter, et donc faut créer un fichier Ghost (aucun rapport avec Patrick Swayze) sinon on perd tout. Avec le minitel aucun risque de perdre quoique ce soit, sauf son chèque de caution

 

 

Le marketing, c'est l'Histoire de la vie

Pour être un bon marketeur, il faut s'approprier les ingrédients suivants :

- connaître le marché dans lequel on évolue

- connaître les gens et leurs besoins

- classer les gens par tribu

- connaître ses forces, ses faiblesses

- évaluer son budget

- carresser les humains dans le sens du poil

- leur dire ce qu'ils veulent entendre

- créer des besoins inutiles qui deviendront indispensables

- appréhender la concurrence

- identifier les menaces et les opportunités

 

Pour tenter de vivre correctement dans ce monde, il faut s'approprier les ingrédients suivants :

- connaître le monde dans lequel on évolue

- connaître les gens et leurs besoins  (indispensable pour se faire des amis et leur faire plaisir et donc garder ses amis)

- classer les gens par tribu (les socialistes, les connards, les blaireaux, les joueurs de hockey sur gazon, les fumeurs de pipe...)

- connaître ses forces et ses faiblesses (pour se dépasser et pour ne pas se casser les gencives)

- évaluer son budget (toujours avant d'acheter un yatch)

- carresser les humains dans le sens du poil (inévitable pour coucher avec)

- leur dire ce qu'ils veulent entendre (voir ci-dessus)

- créer des besoins inutiles qui deviendront indispensables ("je ne peux plus me passer de toi !")

- appréhender la concurrence (qui lorgne sur ma copine ?)

- identifier les menaces (chutes de pierre, raz de marée, prise d'otage dans un Super U)  et les opportunités (passer dans ça se discute, être candidat à Secret Story, serrer la main papale)

 

Moralité : voilà c'est bien ce que je pensais...le marketing, c'est comme la vie !

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

K.


Voir le profil de K. sur le portail Overblog

Commenter cet article