Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les 100 ciels

une globule méchante jetée nonchalamment sur le monde

La psycho-niche

J'ai entendu ce terme pour la première fois il y a deux jours, et cela m'a beaucoup amusé. La psycho-niche est ce lieu mystérieux dont vous être l'heureux propriétaire et qui vous permet de vous terrer quelques instants à plusieurs années pour s'échapper du marasme ambiant. Si cet endroit n'existait pas, nous deviendrions fous. Le besoin vital de compartimenter son esprit est un réflexe de survie, tout comme le sont les rêves pendant le sommeil. Bien que cela nous paraisse simple, nous sommes des super-héros ; nous sommes capables de compartimenter notre cerveau, isolant notre conscience tout en conservant l'aspect physique d'une personne attentive. Vous l'avez tous fait en réunion, à la messe, lors d'un repas de famille, on vous parle, vous opinez du chef, mais votre cerveau est à Hawaï.
Cette formidable capacité ne permet pas encore de tordre les petites cuillères, mais elle vous donne la possibilité d'imaginer que vous êtes le nouveau incroyable Talent section cornemuse alors qu'un connard ou qu'une connasse vous balance des tableaux Excel au travers de la tronche.

Moralité saugrenue : la psycho-niche fait-elle de nous des chiens apeurés ? Peut-on manger des Schmakos sans se choper une turbo-chiasse ? (copyright-Coco Chan 2011). Et si je t'énerve tu vas aboyer ? Ah réunion de brainstorming : hop, en mode psycho-niche.


La niche Stéphane Plazza, à accommoder avec les boulettes au foie-gras (et pendant ce temps-là chaque seconde un petit africain meurt de malnutrition...MONDE DE MERDE !)


Dégage !

Je n'ai pas parlé de politique depuis longtemps et je suis à la limite de l'implosion mentale. Il faut vraiment que le gouvernement de Nicolas dégage, je sature tellement que la plupart des membres de ce gouvernement en toc, à chacune de leurs apparitions, me foutent les boules à tel point que j'assassine les paquets de Kinder Delice à la coco.
Cinq ans en ont paru quinze, et les guignols du gouvernement, rincés, épuisés, en bout de course balancent depuis quelques semaines des conneries atomiques, gonflées au botox médiatique, de l'immense néant abyssal dans lequel j'aimerais tant qu'ils se pétent les dents.
C'était le cas avant, mais depuis les primaires socialites, la verrue évacue son pus. Les primaires déjà en exercice dans d'autres pays, sont le moyen le plus démocratique qui soit pour un peuple de choisir son candidat ; certes, même si le choix reste resteint. L'UMP qui se réclame de ces partis avec un leader couillu, et donc, forcément candidat aux Présidentielles sont perdus dans leur totalitarisme d'un autre temps, et qui en plus, appuie sur le fait qu'ils n'ont aucunement confiance en leur propre peuple : "teu, teu teu, vous n'êtes pas en mesure de sélectionner un candidat, on le fait pour vous bande de...de... d'ouvriers !".
Finalement, l'ère Sarkozy aura eu l'avantage de créer un double effet ras l'bolite kiss-coolite de la prétention des Hommes de pouvoir : les français ne veulent plus de bourgeois à yatch qui ne connait rien à la vie du petit peuple, quitte à avoir des menteurs au pouvoir, autant que ce soient des gens proches d'eux qui ont, comme eux, des problèmes de poids et de furoncle sur le menton.
Dégagez pantins de la droite, et pourvu que la gauche prenne le relais, un difficile relais en 2012. Y'aura t-il des miracles ? Non, mais au moins vivrons-nous peut-être dans un pays plus juste. Ce pays, où désormais, on fiche les poupons dès la créche, parce que si jamais l'un d'eux balance un cube dans la tronche d'un autre, il y a 90% de chances qu'il devienne un dangereux meurtrier équarisseur de biches. A quoi bon tenter d'éduquer ? Eradiquons dès le berceau. Qui aurait pû penser que cela arrive en France au XXI ème siècle. Hier sur BFM, Nadine Morano a expliqué qu'il fallait arrêter de mentir aux gens, et leur parler franchement sur la situation. Irresistible, et aucune honte à proclamer une telle connerie. Le gouvernement emploie le mensonge au quotidien, les "affaires" n'ont pas fini de sortir de leur boîte, et si Nicolas n'est pas responsable de la crise économique, on se rappelle qu'il a sorti des millions d'euros pour les banques de sa manche et qu'il avait promis en 2007 que plus personne ne dormirait dans la rue sous sa présidence. Quelle rigolade. Dégagez !

Le jeu des 368 différences


Mais que s'est-il passé entre 2005 et 2011 ?

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

K.


Voir le profil de K. sur le portail Overblog

Commenter cet article

Sékateur 19/10/2011 08:49


La cravate !


danao 18/10/2011 23:08


dès que je lis ou j'entends le mot politique... *psychoniche*


requiem29 18/10/2011 21:57


Bah, Sarko, sarko... Jospin, déjà, en son temps...