Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les 100 ciels

une globule méchante jetée nonchalamment sur le monde

L'égomouth

Ce titre d'article vous semble énigmatique, il ne l'est pas. Il s'agit de la contraction d'égo, vous savez ce pan de notre personnalité que l'on a tous et qui nous fait faire et dire une multitude de conneries, et de mammouth, cet éléphant géant poilu qui a vécu il y a fort fort longtemps. L'égomouth étant un égo surdimensionné et qui n'a, contrairement au mammouth, pas du tout disparu.

Ce soir, je me pose une question existentielle.

Election de François Hollande oblige, j'ai passé une partie de la journée à débattre politique. Et après coup, au final, après avoir lu d'autres idées et avoir rédigées les miennes, alors que j'offrais mon corps de jeune jouvencelle (humpf...) à une douche réconfortante, je me suis fait cette réflexion : "mais putain au fait, qui sommes-nous pour croire que nous portons une vérité ? Qui sommes-nous pour prêcher ce que nous croyons être la bonne parole ?".

 

Car les débats sont stériles. Ecrire des évidences comme : "faire du mal aux pandas ce n'est pas bien"  ou encore  "je trouve que la guerre c'est tout moche"  ou bien alors   "je suis pour le bonheur, wouuhouuuu !"  et enfoncer autant de portes ouvertes, n'amènent à rien, ne font pas avancer le monde, ces réflexions étant aussi évidentes que de dire que l'eau mouille. Et surtout, elles ne sont jamais entourées d'actes, ces écrits restants donc des mots sur les pages des réseaux sociaux qui ne mènent nulle part ailleurs.

 

ego.jpg

 

 

On croit tous, et moi la première, que nous détenons une vérité absolue. Au-delà des évidences mentionnées plus haut, nous pensons détenir des vérités invisibles aux yeux des autres. Notre cerveau est ancré dans cette vérité et, par manque de courage ou d'arguments, il nous est impossible de croire que cette affirmation puisse être contredite. Ce qui amène à la violence verbale, au débat, au tirage de chignon. Difficile d'admettre quand on pense dire vrai, que quelqu'un d'autre, d'autant plus s'il est proche puisse dire le contraire ou démonter notre analyse. C'est là que l'égomouth se met en place. On assure que si, on en remet des couches, on s'agace, on s'arrache les cheveux à vouloir prouver par des faits et des preuves qui n'ont aucun effet sur le contradicteur.

 

Une vérité intérieure, sur quoi est-elle créée ? Sur le vécu depuis l'enfance, les valeurs reçues, les coups, les joies, les expériences bonnes et mauvaises, les souvenirs qui se déforment, les rancoeurs, les aigreurs diverses et variées, bref un melting-pot coloré, métissé et unique pour chaque être humain. Comment peut-on alors avoir des idées communes ? Cela arrive heureusement, et c'est grâce à ces similitudes que l'on crée des amitiés, des amours, des unions, des rassemblements.

Dans le cas des avis divergents, il faut creuser dans le passé pour comprendre.

 

Prenons un cas concret :

 

Victor le castor a un contencieux avec Virgil la chenille, et ce, depuis l'enfance. L'enfance, c'est le terreau idéal des traumatismes et des vocations, tout ce qui y est vécu laisse une trace indélébile du genre pour toujours et à tout jamais.

Virgil la chenille est méchante avec Victor le castor, elle se fout de ses deux grandes dents qui dépassent jusqu'à son cou.

Victor, qui est gentil et ne veut pas blesser la chenille, ne dit rien. Il a pourtant des arguments en stock : corps glumole, la sans os, urticante des pieds, poilue du dos, etc...

Mais il ne sait pas faire, il n'est pas armé pour. Virgil la chenille sent cela. Elle a le don des gens méchants ; elle voit clairement toutes les failles internes de Victor le castor. Ce dernier n'a donc aucune chance. Pendant des années on le traite de fourchette à parquet, il en souffre. Alors il pense bien se faire limer les dents, mais ses parents n'ont pas les moyens, et puis si plus tard il veut reprendre la bûchonnerie de papa, il n'a guère le choix.

Pour couronner le tout, sa mère attrape une ch'touille des omoplates, son père se retrouve au chômage, l'une de ses cousines se prostitue pour des loutres, bref, ça sent le sapin dans la vie de Victor le castor.

Une fois adulte, il ne fait guère de doute que Victor aura un tout petit peu la haine. Soit il arrivera à en faire une force et construire la scierie la plus grande de tout l'univers, soit il conservera ses plaies, desquelles découleront ses propres vérités immuables, desquelles découleront des idéaux basés sur des peurs, des envies non assouvies, des frustrations, des envies de grandeur condamnées. Non, je n'irai pas jusqu'à dire que Victor le castor s'orientera de ce fait, vers un vote pour le Front et Cartel de l'Extermination des Chenilles, mais bon....qui sait...tout est possible avec la colère. Yoda l'a maintes fois prouvé.

 

Ainsi donc, qui sommes-nous pour croire que nos vérités sont les bonnes, et comment pouvons-nous nous octroyer le droit de prêcher la bonne parole qui, peut-être n'est pas la bonne. De toute façon, pour votre voisin elle n'est pas la bonne. Lui, détient la bonne, et ainsi de suite. Voilà pourquoi rien n'avance réellement.

De bonnes idées basées sur le bon sens paraissent souvent culcul la praline aux yeux des gens.

Alors on les corse ces idées, parce que l'on se dit qu'un monde de rêves et d'utopies n'existe pas. Ou alors au cinéma. Et que cela n'est réservé qu'aux naïfs et qu'à ceux qui n'ont pas grandi de la tête.

Quel dommage.

 

Le rêve n'étant donc réservé qu'aux enfants (mais vous n'êtes pas obligé d'obéir à ce diktat, d'ailleurs si vous lisez ce blog m'est avis que vous n'y obéissez pas), on bataille idée contre idée, croyant tous détenir la vraie, la bonne, celle qui solutionnera tout, tout de suite, sans penser qu'au final, cela n'existe pas. Ou alors faut-il être patient, une idée peut mûrir sans vous, et mettre des siècles avant de s'imposer ; l'Histoire le prouve.

 

Ne nous querellons pas, descendons notre égomouth, personne ne détient la bonne idée. La bonne idée sera l'addition des idées de tous et de chacun. Ne cherchons pas à faire plier, acceptons ce qui arrive, et surtout, nourrissons-nous d'espoir, parce qu'il est le moteur de nos futures actions.

 

AMEN !

 

ego2.jpg

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

K.


Voir le profil de K. sur le portail Overblog

Commenter cet article

" 15/05/2012 00:37

arguments en stock : corps glumole, la sans os, urticante des pieds, poilue du dos, etc...
:)

Orchéon 09/05/2012 11:34

une idée est toujours bonne si on se place au niveau de celui qui l'a eu, mais si une idée était vraiment parfaite, tout le monde y adhérerait et la vie deviendrait morne, les différences sont là
pour nous faire évoluer, de l'égomouth, à l'égorille. XD
Malheureusement, les plus belles idées, sont utopiques.

le pro-fête 08/05/2012 11:02

dans l'exemple, c'est une méchante! Est-ce un hasard? La gente féminine serait-elle à l'origine de mal? Qu'en pense Dieu ici (et partout) présent? Plus sérieusement (quoique) la Vérité n'est qu'un
mot qui traduit un tout que nul ne peut appréhender.Chacun peut en avoir une parcelle, d'où l'utilité d'échanger, d'analyser, d'accepter, ce n'est pas simple, mais n'est-ce pas là l'essence de
l'intelligence?

Sékateur 08/05/2012 07:15

On aime trop tirer la couverture vers soi pour suivre un tel conseil. Mais c'était bien tenté...

Dieu 07/05/2012 22:28

Moi, je détiens la vérité.
Normal, je suis Dieu.
La vérité ?
J'ai beau regarder à gauche, à droite, au milieu, en haut, en bas, ces soirées là hinhin, bref je m'égare, la vérité, c'est que vous êtes tous des cons.
Et puisque vous êtes à mon image ...