Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les 100 ciels

une globule méchante jetée nonchalamment sur le monde

J'aime pas les blogs mais ça j'aime bien

J'aime pas les cons, mais toi je t'aime bien

Il existe une collection de CD qui cartonne, il s'agit de "j'aime pas le classique, mais ça j'aime bien" : une sélection de "tubes" classiques pas trop complexes pour des auditeurs peu exigeants. Ce n'est pas sans rappeler les affreuses compilations des années 90  "musiques de cinéma au synthétiseur"  ou   "tubes de Serge Lama au clavier Bontempi"  ou encore   "Rondo Veneziano joue les plus grand airs d'une époque révolue avec des perruques".

Si l'on applique ce principe à d'autres domaines on peut dire que France Football c'est pour les   "j'aime pas lire mais ça j'aime bien"    ou la vache qui rit pour les     "j'aime pas le fromage qui pue mais ça j'aime bien".

Un dernier ? Le dernier album de Chimène Badi : "j'aime pas les flatulences mais ça j'aime bien".

 

 

Le classique décédé

Autre mauvais traitement pour la musique classique : les spots de pub TV. Des chefs- d'oeuvre sont assassinés, dénaturés, violés pour vanter les mérites d'un comprimé anti-constipation ou d'une bagnole. Ne parlons pas d'une vieille pub dans laquelle on voyait un chien courir au ralenti dans un pré d'herbes folles, mais ça n'a rien à voir puisque c'était une musique de Moricone et puis zut, mon exemple tombe à l'eau, ceci dit Ennio il était classique, il mettait des slips kangourous.

Le résultat de cette insulte quotidienne faite à la musique ? On ne peut plus écouter de la musique classique tranquillement allongé dans son canapé sans voir une connasse dans une bagnole ou un abruti qui fait caca derrière un fourré.

 

Fallait pas rater tes études

Les scientifiques sont inquiets : le Bisphénol A, la saloperie que nous avons tous absorbé via les tétines de biberon en caoutchouc hante les tickets de caisse que refilent les caissières. Le Bisphénol passe à travers la peau, ce qui fait que les caissières hébergent des taux hallucinants de ce toxique. Le risque : pas grand chose, des problèmes endocriniens voire des baisses de fertilité. Donc, non seulement les caissières ont un boulot de merde, non seulement elles supportent les connards de clients malotrus, mais en plus elles ne peuvent plus se reproduire et développent des dysfonctionnements glandulaires de type poils qui poussent entre les seins. Que va t-on faire pour enrayer tout ça ? Rien n'est prévu, puisque de toute façon les caissières sont remplacées par des machines qui elles, feront pas chier à se plaindre et à choper des saloperies qui coûtent chères.

Bon sinon, vous clients, refusez systématiquement tous les tickets que ces follasses vous tendent !

 

 

Toutes les parties du corps pouvant être touchées par le Bisphénol A : apparemment cela ne touche que les hermaphrodites puisque le sujet ici présenté posséde des ovaires et des testicules

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

K.


Voir le profil de K. sur le portail Overblog

Commenter cet article

c'est moi qui commande ! 06/11/2010 02:48


mwhahaha !


rousse19 05/11/2010 21:15


Mais non, c'est le dernier cliché du scanner intégral de Carla... On vient de géolocaliser les testicules de son mari ...


requiem29 03/11/2010 20:49


Le CD de Sege Lama au Bontempi... Je le trouve pas sur Amazon, tu peux m'en faire une copie ?