Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les 100 ciels

une globule méchante jetée nonchalamment sur le monde

Bzzzzz Bzzzzz !

Dans les années 50-60 le cinéma tentait d'adapter des histoires fantastiques sur grand écran mais avec les moyens de l'époque, c'est à dire, un monde sans effets spéciaux. Il fallait donc un sacré culot pour réaliser de telles oeuvres avec de la ficelle et un peu de carton. Ainsi, sont nés sur cette décennie, 3 films sur une mouche.
La Mouche Noire, Le retour de la mouche, et La malédiction de la mouche (tous visibles ce mois-ci sur Orange Cinéma Géants en programmation ou à la demande).
A chaque fois, c'est quasiment la même histoire, des scientifiques s'amusent à téléporter des harpes et des binious, jusqu'au moment où y'en a un plus con que les autres qui a la superbe idée de se téléporter, mais pas de bol, comme y'avait un vieux pâté Henaf dans le frigo, y'avait une mouche, et donc elle entre dans la cabine de téléportation, résultat le mec revient mi-humain, mi -mouche. Heureusement que ce n'est pas un poney qui est entré dans la capsule, vous imaginez la fusion, ça aurait donné une espèce de Télétubbie avec une bite de cheval.

L'action principale se déroule dans un laboratoire. Dans les années 50 on imaginait les laboratoires scientifiques comme ceci :

Capture-2-copie-2.jpg

Dans La mouche, les scientifiques sont très en avance sur leur époque, puisqu'ils possèdent des murs entiers d'écrans bizarres sur lesquels des lignes vertes d'éléctrocardiogramme s'animent en faisant des biiuu biiuuuuu biuuuuu sonores qui foutent la chair de poule. Car oui, dans les années 50, on croit que le progrès fait un bruit assourdissant de forme biou-biou, un son utilisé dans tous les films de l'époque, que ce soit pour accompagner une image de soucoupe volante, de labo de savant ou de décès d'un mutant.
Au centre du labo trône une espèce d'énorme coton-tige transparent qui n'est autre que la capsule à téléportation. Woaaaa !
Les savants passent les 3/4 du film à mettre des objets ou des animaux dans la capsule et à les téléporter on ne sait où. C'est très long, très lent, et pour donner une caution scientifique à l'ensemble, les savants prennent des airs concentrés de gars qui en ont dans le ciboulot et qui ont fait de grandes études. Ils réfléchissent en se masturbant le menton, ils prennent des notes, et surtout, pendant la téléportation, il mettent des lunettes de ski pour ne pas être aveugles, car oui, le processus de téléportation fait beaucoup de bruit biou-biou et beaucoup de lumière.
Et donc, ça n'en finit pas : y'en a qui place un trombone dans le tuyau, ils enclenchent leur machine, le trombone disparaît (effet spécial), airs concentrés et humbles, puis y'en a un qui a une idée, il prend un concombre, il le place dans le tuyau, re-belote les machines, le concombre disparaît, les savants prennent des notes, le troisième place son slip dans la capsule etc etc ...Tout ce bordel répétitif au cas où on aurait pas compris et qu'on pensait être venu voir Autant En Emporte le Vent.

Mais l'un des savants est fourbe et il veut vendre cette découverte folle à des méchants (sûrement des Russes). Ah ah ! Alors il pique des papiers de calculs scientifiques (on le sait parce qu'il y a tout plein de courbes dessus), et tout à coup, on ne sait pas pourquoi, y'a un mec avec un chapeau qui entre dans le labo et qui cherche la bagarre avec le savant fourbe. Il finit par assommer l'intrus, et comme il veut pas laisser de traces de son méfait, il met le mec dans la capsule et il le fait disparaître. Sauf que...une heure avant, Raymond, l'un des autres savants, un gentil, il avait fait disparaître un hamster, et ils étaient censés le récupérer le lendemain. Or, comme le méchant a mis un homme dans la capsule avant que le hasmter soit revenu (vous suivez ?) ben quand le mec assomé revient dans la capsule, il a des...pattes de hamster géantes ! Mwahahaha ! Oui, c'est ridicule, parce qu'en fait le mec a juste enfilé des chaussettes avec des griffes en carton au bout.

Le lendemain, le savant gentil revient dans le labo et il voit qu'il y a eu du grabuge ; il le sait parce qu'il y a du poil de hamster un peu partout. Et, je ne sais plus pourquoi parce que je buvais un panaché, mais le gentil se fait assommer par le savant fourbe et finit lui aussi dans la capsule à téléportation. Sauf que là, c'est plus grave, une mouche qui passait par là parce que ça sentait un peu le caca, se retrouve piégée dans la capsule et donc, magie du spectacle, le héros revient mi-homme, mi-mouche et ça donne ça :

Capture-5-copie-1.jpg

Evidemment, y'a une fille qui entre à ce moment là, et elle crie pendant environ 3 minutes sans discontinuer, et croyez-moi, c'est long 3 minutes de cri strident de jeune pucelle. Elle met ses mains devant sa bouche parce qu'elle est bien élevée et dans les années 50, quand on crie devant une grosse mouche, on met ses mains devant sa bouche.

Le héros va donc fuir avec sa grosse tête en plastique, il se cogne dans les meubles, il passe pas la porte du métro, il sent les cacas dans la rue, c'est lamentable. Le plus drôle, c'est que la petite mouche existe toujours et elle a la tête du savant, ce qui est complétement con, cela donne deux images superposées l'une sur l'autre dont l'une est fixe, ça fait pas sérieux. Et en plus, il appelle au secours avec une petite voix de mouche, rhaa mon Dieu, si vous n'avez pas le moral, regardez juste cette scène là, vous allez bien vous marrer. En plus la jeune pucelle répond en criant, ce qui fait que la petite mouche est au bord de la crise cardiaque, parce qu'on dira ce que l'on voudra, mais un petit coeur de petite mouche, c'est pas bien solide.

Dans la version de Cronenberg de 1987, le film était subtil, parce que le savant se mutait doucement en mouche, intensifiant ainsi le drame vécu par cet humain. Dans les années 50, on ne s'emmerde pas avec la psyché du héros, il a une grosse tête de mouche d'un coup et qu'on n'en parle plus.

Après moults péripéties hasardeuses, un autre savant arrive à capturer la mouche et à le retransmuter en humain, alors la femme est heureuse et elle embrasse le héros, et lui comme un con parce qu'il ne sait plus où il en est il lui dit : "bzzzziiiii"
Et comme l'héroïne est blonde et ne comprend rien elle lui répond : "ah non Paul, pas avant le mariage !"

 

(photo détournée 1 : Un amour de poche avec Jean Marais et Agnès Laurent)
(photo détournée 2 : Le Retour de  la Mouche de John Sutton)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

K.


Voir le profil de K. sur le portail Overblog

Commenter cet article

Auré ou Dieu ou ... Didier l'embrouille 04/03/2012 23:19

Lectrices ?
Auré est une femme, Dieu est asexué, Didier est un homme.
Qui te dit que le com' était d'Auré (nan pas "doré") ?

C'est moi qui commande ! 26/02/2012 14:57

Je suis rassurée de voir que mes lectrices sont de grandes malades. Love.

Auré ou Dieu ou ... Didier l'embrouille 26/02/2012 13:47

SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR !
SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR !
SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR !
SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR !
SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR ! SFR !