Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les 100 ciels

une globule méchante jetée nonchalamment sur le monde

Un dîner presque imparfait du subjonctif (avec des petits morceaux de patate dedans)



Lundi soir, la finale de l'émission phare de M6 "Un dîner presque parfait" qu'on commence à en avoir la nausée, a été un grand moment de télé. Présentée par Stéphane Rotenberg (le gentil mal rasé de Pékin Express), le show interminable (21h- minuit, au secours!) s'est avéré être un grand moment de n'importe quoi en direct. Maîtriser le direct n'est pas donné à n'importe qui, c'est bien pour ça que, même avec ses 170 ans de métier, Michel Drucker enregistre ses émissions. Le pauvre Stéphane a ramé comme un malade pour combler les trous du direct, et surtout, il a emmerdé tout le monde, et surtout les pauvres candidats qui avaient l'air de jouer leur vie sur cette finale.



La dernière épreuve du jeu permettait aux 2 candidats finalistes de s'affronter en direct dans une cuisine devant nos yeux ébahis. 20 minutes pour préparer une entrée et pas plus pour un plat. A chaque envoi de plat, signifié par un "envoyez putain de bordel de merde" des candidats à bout, on avait droit à une connexion avec une salle de resto, où le jury (des cuisiniers étoilés et Lignac) goutaient et commentaient. Mais voilà, pendant la confection des plats, comme le jury n'avait rien à faire à part s'envoyer des binouses en coulisses, fallait que Rotenberg raconte des trucs, et franchement, c'était super passionnant : "oh mais regardez, il fait cuire une patate"  "bon là il coupe un poulet"  "alors évidemment comme vous le savez, on coupe un poulet avec un couteau, parcequ'avec une pelle ça marche beaucoup moins bien"  "bon ben, il reste 16 minutes"  "on envoie la pub là ? ah non, bon bah on fait un plan sur le four ?"  "quel suspens"  "avec ses odeurs de friture là, ça va tout saloper ma chemise"



Mais le pire dans tout ça, c'est que Stef a joué les gros boulets. Et que je pose des questions connes aux candidats concentrés "ah mais alors le poulet, il est mort quand même là avant la cuisson, nan parce que je suis allergique à la mort des animaux alors je voulais savoir si ça avait un rapport avec le persil, et sinon vous habitez chez vos parents ?". Et que je me mets dans les pattes des candidats totalement excédés, à tel point qu'à un moment, on voit la candidate d'Ile de France une poële à la main avec un regard de sérial killeuse prête à nous l'assommer en direct, mais en fait non. Ceci dit, elle en avait tellement ras le bol, qu'elle lui répondait séchement (sûrement pour ça qu'elle a perdu) du genre    lui :"non mais là faut envoyer les assiettes hein parce que vous allez prendre des points de pénalités"  et elle toute rouge avec de la sueur dans la moustache "oui ben j'vais pas envoyer des assiettes dégueulasses quand même"  qu'il fallait traduire par "mais putain de gros connard tu vas te casser de là espèce de je sers à rien dans la vie !". Le summum fut atteint avec l'entrée en jeu de la famille. Dans la vie réelle de la gastronomie JAMAIS la mère ou la cousine d'un grand chef va venir en cuisine avec un air ahuri en s'écriant "ah robert qu'est ce que t'es beau avec tout plein de gras sur toi, allez accroche toi, papy Jean est avec toi, n'oublie pas qu'avec son cancer de la prostate, une défaite pourrait le tuer !". Ben là, si. Les candidats sont hyper concentrés, ils leur restent 3 minutes, ils sont au bord de l'apoplexie voire du décès, et la mère et la grand mère se radinent la gueule empapaoutée en gueulant comme des veaux "vas-y machin, t'es le meilleur, t'as un bras en moins et un moignon mou mais tu vas gagner". Et ce connard de Rotenberg qui ajoute avec la bouche en cul de poule "ben dites vous pouvez en profiter pour lui donner un conseil". Mais le mec il s'en cogne du conseil de la mamy qui l'a élevé à la boite de raviolis, le mec il veut juste que la vieille elle dégage, parce que le mec il joue juste pour 10 000 boules et le titre de champion de france de le dîner qu'il est presque imparfait mais ah oui d'accord ! Là, on imagine le pire, le candidat qui plante le pique à brochettes dans l'oeil de la vieille qui déglobule sur Stéphane qui chouine "putain ma chemise, merdeeee, ça part pas le jus d'oeil!". On a tous attendu que ça tourne mal, mais en fait non. Une chance que les candidats n'aient pas rater leurs plats avec tout ce bordel, coincés entre l'équipe de tournage, le zébulon Rotenberg qui ne savait pas où se mettre, et la famille au grand complet qui balancent des inepties à la con. Un grand moment j'vous dis !
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

K.


Voir le profil de K. sur le portail Overblog

Commenter cet article

Renard 07/10/2009 23:49


j'ai bien ri à te lire... mais comme je ne regarde pas la télé, je ne savais évidemment pas qu'il y avait du fric à gagner pour un repas.. et je m'en tape...
Pauvre Stéphane... ah les problèmes des andouilles...


laperleuse 07/10/2009 20:14


tu as bien traduit ce grand moment de la télé.

perso j'adore cete émission, mais là le coup du direct franchement j'étais mal pour les 2 candidats. entre la gestion de commis à base de "alors je te montre le premier" et "merci", "si ça t'embéte
pas", euh ils sont un peu là pour faire les choses de bases...
et le steph comme tu dit si bien qui est en plein sur le front de cuisine, j'ai cru il allé se retrouver avec un couteau dans le bide ou ce faire ébouillanté à rester comme ça dans le passage. ça
aurait été moi, je crois que ça aurai claché et ah moi le buzz de la soirée!!!

bon je file voir un autre spécimen de la télé "Plus belle la vie"!!!!


Nova 07/10/2009 19:33


Je voit que je loupe pas grand chose à pas rebrancher ma télé^^

Faudrait qu'ils viennent bosser avec moi, il verront mieux ce que c'est de suer en cuisine hihi !